Toutes les actualités

Le prêt d'un tirage de l'esclave mourant au musée du Louvre

dans le cadre du colloque 24h avec Michel Ange

Le prêt d'un tirage de l'esclave mourant au musée du Louvre

Le prêt d'un tirage de l'esclave mourant au musée du Louvre

Démoulage d'une reproduction en plâtre de l'esclave de Michel Ange
Publié le 06 Août 2018
Dans le cadre du colloque sur Michel-Ange, qui s'est tenu au Louvre au début du mois de Juin, l'atelier de moulage a prêté un tirage récent destiné à une école de beaux-art en Chine. L'occasion pour nous de revenir sur l'histoire de cette pièce exceptionnelle.


Esclave Mourant

d'après un original en marbre de Michel-Ange (1475-1564)

Premier moule réalisé sur l’original au musée du Louvre en 1819

Tirage contemporain en plâtre brut (avril 2018)

Atelier de moulage de la Rmn-Grand Palais, Saint Denis

Une petite Histoire de la reproduction de l'Esclave mourant : 

1794, un an après sa création, le musée du Louvre crée un atelier de moulage  dans l’enceinte même du palais. Sa mission : réaliser «40 creux d’après les plus belles antiques» dans un but pédagogique. Les tirages en plâtre sont destinés à compléter les collections du musée et à alimenter les écoles de Beaux-Arts françaises.

Dès 1819 la collection de l’atelier s’enrichit de modèles de la Renaissance Italienne. Il n’est pas anodin que les Esclaves de Michel Ange soient les premières œuvres de cette période à être choisies.

L’Esclave Mourant rencontre plus de succès que son comparseRebel: on en propose de nombreux des abattis (moulages partiels): les deux bras, les deux jambes, buste entier, le masque, et des réductions. Autant de moulages que l’on retrouve dans les ateliers d’artistes, de Delacroix à Picasso.

Jusqu’en 1848, les ateliers de moulage du Louvre et de l’école des Beaux-Arts de Paris sont dirigés par le même mouleur. Cela explique que les plâtres des Esclaves aient rejoint très tôt la collection des reproductions des sculptures de Michel Ange de l’ENSBA installées depuis plus d’un siècle dans la chapelle des Louanges.

Aujourd’hui la collection de l’atelier compte  plus de 6000 moules représentant la statuaire de tous les continents, de la préhistoire à nos jours. Situé à Saint Denis, l’atelier est désormais géré par la Réunion des musées nationaux –Grand Palais. Il reste sollicité par les particuliers, les institutions et les artistes. Quant aux écoles de Beaux-Arts, ce sont celles de chines qui dorénavant achètent par dizaines des répliques en plâtre, toujours d’après l’Antique mais aussi d’après… Michel Ange.

C’est pour satisfaire à cette demande croissante qu’en 2016 l’atelier de moulage de la Rmn-GP renoue sa collaboration historique avec l’ENSBA. Ainsi l’atelier vient de financer la restauration de cinq moulages de la Chapelle des Louanges  contre l’autorisation de réaliser les empreintes de pièces