VIERGE À L'ENFANT ASSISE

VIERGE À L'ENFANT ASSISE

VIERGE À L'ENFANT ASSISE

Etudes et dessins
Partager
VIERGE À L'ENFANT ASSISE
Italie
(1483-1520)
France
(1797- après 1850)
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
étude, dessin, vierge, bible, marie, peinture
Technique: 
eau-forte, burin

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
23 cm
; L.
20 cm
Feuille : H.
38 cm
; L.
28 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
27
REFERENCE RMN-GP: 
KM000027
PRIX DE VENTE: 
100,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

Cette estampe reproduit une étude dessinée par Raphaël autour de 1501-1502 pour un tableau aujourd'hui disparu : "une sainte conversation" dont un autre dessin de l'artiste (RF 1395) évoque l'existence avec plus de précision.Raphaël est né en 1483 à Urbin et fit son apprentissage auprès du Pérugin. A 17 ans il fut le plus doué de la jeune génération, mais conscient des insuffisances de sa formation provinciale il se mit à étudier Léonard et Michel Ange. En 1508 il arriva à Rome où il reçut un grand nombre de commandes : il travailla pour le pape Jules II aux Loges du Vatican (1508-1519) et surtout pour une famille très influente les Chigi. Pour ceux-ci il fit à Rome les projets de décoration de la Villa Farnesina (1517) et pour leurs chapelles à S. Maria della Pace (1514) et à S. Maria del Popolo (1516). Raphaël est aussi réputé pour ses nombreux tableaux de chevalet : des scènes religieuses et de portraits.Souvent dans l'ombre de Michel-Ange, Raphaël fit pourtant durant sa très courte carrière la plus grande révolution artistique de son époque : il sut passer du style doux et élégant de Pérugin à une grande peinture historique mesurée et méditative. Il est le témoin de cet humanisme de l'art de la Renaissance.Célèbre comme dessinateur, Raphaël s'exprima dans ses esquisses avec une grande liberté et spontanéité.L'estampe durant quatre siècles a permis à l'art de Raphaël d'être mieux connu. Elle commença avec la complicité du graveur Marc Antonio Raimondi du temps même du Maître dont les estampes furent très prisées au XVIIème siècle. On peut dénombrer une centaine de graveurs qui reproduisirent des œuvres de Raphaël. Interprètes occasionnels pour certains, pour d'autres comme Dorigny, Chaperon ou le Comte de Caylus ce fut un choix délibéré de consacrer leur burin à la diffusion de ses décors, tableaux ou dessins.