PORTRAIT DE LUCREZIA FEDE

PORTRAIT DE LUCREZIA FEDE

PORTRAIT DE LUCREZIA FEDE

Etudes et dessins
Partager
PORTRAIT DE LUCREZIA FEDE
Italie
(1486-1530)
France
(1820-1902)
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Technique: 
eau-forte, burin, vernis mou, roulette

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
30,4 cm
; L.
23,3 cm
Feuille : H.
50 cm
; L.
33 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
49
REFERENCE RMN-GP: 
KM000049
PRIX DE VENTE: 
110,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

Cette estampe est la copie d'un dessin à la sanguine représentant la femme d'Andrea del Sarto : Lucrecia Fede. On remarquera la douceur et la retenue et l'application que l'artiste mit dans ce portrait.Alphonse Alexandre Leroy, graveur à l'eau forte et au burin, s'est particulièrement attaché à reproduire en fac-similé les dessins de la collection du Louvre et de collections particulières, édités par lui en albums entre 1860 et 1880. La Chalcographie du Louvre possède un grand nombre de ses planches et répond ainsi à sa vocation d'offrir à un large public le privilège de posséder un jour une réplique de qualité de dessins choisis parmi les plus grands artistes de tous les temps, citons seulement : Raphaël, Corrège, Véronèse, Titien ... A usage des collectionneurs et élèves de dessin.Andrea del Sarto est le représentant le plus marquant du classicisme florentin, mêlant la subtilité de Léonard de Vinci aux ambitions formelles de Raphaël. Il fit preuve dès son jeune âge de dispositions extraordinaires pour le dessin qu'il perfectionna en copiant avec ardeur les maîtres de la Renaissance : Masaccio, Ghirlandajo, Léonard et Michel-Ange. Ses fresques inscrites dans la tradition narrative du Quattrocento s'enrichirent des expériences de Michel-Ange dans la monumentalité et la force tranquille. Ses peintures de chevalet, des scènes religieuses pour la plupart montrent une aisance toute naturelle pour disposer les personnages sur des fonds de paysage. La renommée d'Andrea del Sarto le précède en France : François Ier lui commande en 1518 la Charité : tableau aujourd'hui au Musée du Louvre. Alors que la peinture italienne s'échappe toujours plus vers un maniérisme exacerbé, Andrea del Sarto propose à ses confrères une vision simple et équilibrée aux coloris clairs.