LYCHNIS SICULA, GLABRA, PSEUDOMELANTHIJ FACIE. LYCHNIS EN NOIR

LYCHNIS SICULA, GLABRA, PSEUDOMELANTHIJ FACIE. LYCHNIS EN NOIR

LYCHNIS SICULA, GLABRA, PSEUDOMELANTHIJ FACIE. LYCHNIS EN NOIR

Histoire naturelle
Partager
LYCHNIS SICULA, GLABRA, PSEUDOMELANTHIJ FACIE. LYCHNIS EN NOIR
Artiste(s): 
France
(1614-1685)
Graveur(s): 
Robert Nicolas
France
(1614-1685)

ORIGINE ET DATE:

1676
Commande pour la réalisation de "l'Histoire des Plantes"
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
herbier, roi, botanique, plante, fleur, racine, feuille
Technique: 
eau-forte, burin

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
41,2 cm
; L.
30,4 cm
Feuille : H.
63 cm
; L.
45 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
5656
REFERENCE RMN-GP: 
KM005656
PRIX DE VENTE: 
250,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir. Tirage également disponible en couleur.

L'Académie Royale des Sciences, fondée en 1666 par Louis XIV, sur les conseils du Premier Ministre Jean-Baptiste Colbert, initia de savants ouvrages que les "graveurs ordinaires du Roi " devaient illustrer. Claude Perrault (médecin et architecte, frère du conteur) confia à Denis Dodart (1634-1717) et à ses collaborateurs le projet d'une Histoire des plantes, qui devait assembler descriptions scientifiques et illustrations fidèles des plantes étudiées. Nicolas Robert, Abraham Bosse et Louis de Chastillon gravèrent 319 planches entre 1668 et 1699. La technique employée fut l'eau-forte, avec le principal souci de rendre par la gravure la gradation des couleurs : " Nous préférons la gravure à l'eau-forte à toutes les autres, parce qu'elle a plus de liberté et qu'elle est plus prompte et plus aisée ".En 1676 paraît une première édition des Mémoires pour servir à l'Histoire des plantes avec 38 de ces planches, gravées par Nicolas Robert et Abraham Bosse entre 1668 et 1676. En 1676 Abraham Bosse meurt et Louis de Châtillon lui succéda dans la collaboration à l'ouvrage. Mais le projet resta inachevé et en 1694 l'Académie renonça à une publication complète. Cependant l'Imprimerie Royale réalisa au début du XVIIIème siècle quelques tirages complets des 319 planches, destinés aux présents que faisait le Roi.Ces 319 cuivres sont aujourd'hui conservés à la Chalcographie du Louvre qui a hérité des planches gravées provenant des collections royales.L'Histoire des plantes avait pour but d'offrir une illustration fidèle pour chacune des plantes étudiées. Chaque plante fit l'objet d'une reproduction grandeur nature, soit dans son intégralité, soit dans son détail (racine, feuille ou fleur...). Afin d'offrir la plus juste représentation, les Académiciens surveillèrent le travail des artistes, en comparant les dessins, les gravures, les descriptions et les plantes elles-mêmes.Homme de grand talent pour la peinture de fleurs, insectes et animaux, Nicolas Robert se vit confier par Gaston, duc d'Orléans, l'exécution d'une collection de dessins reproduisant les spécimens les plus curieux du Jardin des Plantes de Paris. Toujours pour le Duc d'Orléans, il commença la réalisation des miniatures du Recueil des Vélins. Il prit une part prépondérante dans la réalisation des dessins et des gravures de l'Histoire des Plantes de 1668 jusqu'à sa mort en 1685.