L'EAU : LE TRIOMPHE DE NEPTUNE ET D'AMPHITRITE

L'EAU : LE TRIOMPHE DE NEPTUNE ET D'AMPHITRITE

L'EAU : LE TRIOMPHE DE NEPTUNE ET D'AMPHITRITE

Peintures
Partager
L'EAU : LE TRIOMPHE DE NEPTUNE ET D'AMPHITRITE
Artiste(s): 
France
(1619-1690)
Graveur(s): 
Le Clerc Sébastien
France
(1637-1714)
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Technique: 
eau-forte, burin

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
38,5 cm
; L.
55,7 cm
Feuille : H.
56 cm
; L.
76 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
1078
REFERENCE RMN-GP: 
KM001078
PRIX DE VENTE: 
150,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

En 1662 fut créée la Manufacture des Gobelins, placée sous l’autorité du premier peintre du roi : Charles le Brun. C’est d’après les dessins de le Brun que les ouvriers des Gobelins réalisèrent les tapisseries. La série des Tapisseries du Roi représentent deux cycles : les Quatre Saisons et les Quatre Eléments. Chaque tapisserie représentant un élément ou une saison comporte dans ses angles quatre devises qui sont reprises une à une. Cycles gravés par le remarquable Sébastien le Clerc, c’est plus de quarante planches qui composent cette série et que la chalcographie du Louvre possède. ."Cet élément est figuré par Neptune qui en est le dieu, & par Thétis qui représente la mer. Ces deux divinités sont assises dans un chariot fait d’une conque, & tiré par des chevaux marins. Neptune est vêtu d’une couleur changeante de vert & de pourpre, et tient son trident en sa main. Thétis a une robe d’un bleu verdâtre, & tient un bouclier chargé du chiffre de sa Majesté, avec cette description : PARET MINUS UNDA TRIDENTI. Il y a sur le bord de la mer & contre des rochers une infinité de poissons, qui semblent y avoir été jetés par les vagues & par la tempête. Et l’on voit un triton qui les prend et les remet dans leur élément. Cette peinture doit être considérée comme une figure du calme que la paix & le mariage de sa Majesté ont mis dans l’Etat, après les troubles qui l’ont ajouté ; & ces poissons jetés sur le rivage & hors de l’eau, sont comme une image de ceux qui avaient été jetés hors de leur pays par ses bourrasques si fâcheuses, lesquelles sa Majesté, par une bonté toute royale, & des soins dignes d’un véritable père, a rappelés auprès d’elle, & remis dans leur élément. Cependant le dessein du peintre ne s’arrête pas à cette seule expression. Il veut encore représenter par cette vaste étendue des eaux qui environnent la terre, la grandeur & la puissance de sa Majesté, qui enferme tant de provinces, & qui se répand par tout le monde. Et les paroles gravées sur le bouclier que Thétis tient en ses mains, font assez connaître que Neptune n’a point sur les eaux un empire aussi absolu qu’est celui que le roi y possède ; puisqu’il est vrai que le seul bruit de son nom a rétabli sur la mer le calme & la sûreté que les courses & les brigandages des pirates en avaient chassé. Aussi c’est par son moyen que les marchands qui s’en étaient retirés, et qu’on a voulu figurer par ces poissons, y sont remis, lesquels plus hardis qu’auparavant, iront désormais voguant par toutes les mers, & jusques aux lieux les plus éloignés".André Félibien, Description des tapisseries du Roy, Paris, 1670.Sébastien Le Clerc appartient aux grands graveurs de la cour de Louis XIV. Arrivé sans doute à Paris en 1664, S. Le Clerc fut présenté au peintre du roi Charles Le Brun qui l’encouragea à s’engager plus avant dans la gravure. Il fut récompensé de son talent par une pension de dessinateur et graveur du roi puis il fut nommé académicien en 1672 et professeur de perspective à ladite Académie. Au décès de Claude Mellan, S. Le Clerc occupa la charge de graveur ordinaire du roi de 1693 à 1705. On estime l'œuvre gravé de Sébastien Le Clerc à environ 3 700 pièces. De cette importante production, la chalcographie possède les planches réalisées pour l’illustration du Labyrinthe de Versailles, Les Tapisseries du roi d’après les peintures de Le Brun ainsi que les relevés d’architecture de maisons royales.