LE PASSEUR

LE PASSEUR

LE PASSEUR

Paysages et villes
Partager
LE PASSEUR
Artiste(s): 
France
(1805-1887)
Graveur(s): 
Bléry Eugène
France
(1805-1887)

ORIGINE ET DATE:

1844
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
paysage
Technique: 
eau-forte

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
32,9 cm
; L.
42 cm
Feuille : H.
50 cm
; L.
65 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
9594
REFERENCE RMN-GP: 
KM009594
PRIX DE VENTE: 
90,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

La pratique du dessin valut à Eugène Bléry d’être reconnu aux Salons de 1835 à 1837. A partir de 1836 l’artiste se consacra exclusivement à la gravure à l’eau-forte, procédé qu’il utilisera jusqu’à la fin de sa carrière en 1878. Décoré de la Légion d’honneur au Salon en même temps que Corot, professeur du graveur et dessinateur Charles Meryon, Eugène Bléry n’eut de cesse de puiser durant 42 ans son inspiration dans les forêts proches de Paris ainsi que dans les paysages qu’il découvrait lors de ses voyages en Savoie, Auvergne, Suisse… Techniquement il arrivait à E. Bléry de dessiner les motifs qui l’intéressaient directement sur le cuivre et non d’après ses dessins dans son atelier. En ce sens il fut l’un des précurseurs du « travail sur le vif » qui fera fortune quelques années plus tard. De plus, aquafortiste consciencieux et artisan appliqué, il tirait lui-même ses épreuves sur sa presse. Son œuvre gravé se divise en deux parties. La première concerne les paysages (140 planches), la seconde des études de plantes (65 cuivres gravés entre 1843 et 1878), la chalcographie du Louvre possède ces 250 planches. Ce graveur fut novateur à plus d’un titre. En effet, à l’époque où étaient prisés les tableaux d’histoire, de batailles ou encore de scènes orientales, son choix de graver les paysages des forêts de Fontainebleau ou de Senlis constituait une hardiesse, d’ailleurs ces mêmes sujets seront repris dans les décennies à venir par d’autres artistes. D’autre part, E. Bléry utilisait l’eau-forte, procédé qui était abandonné par l’Académie depuis près d’un demi-siècle.