LA VIERGE À L’ÉCUELLE

LA VIERGE À L’ÉCUELLE

LA VIERGE À L’ÉCUELLE

Etudes et dessins
Partager
LA VIERGE À L’ÉCUELLE
Italie
(1489-1534)
France
(1820-1902)

ORIGINE ET DATE:

1850
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
étude, dessin, vierge, bible, marie, peinture
Technique: 
burin, vernis mou, roulette

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
33,2 cm
; L.
25,7 cm
Feuille : H.
50 cm
; L.
33 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
3
REFERENCE RMN-GP: 
KM000003
PRIX DE VENTE: 
110,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

Cette estampe représentant un dessin de Corrège, qui est une esquisse préparatoire conservée au département des arts graphiques du Louvre. Le tableau de la Vierge à l'Ecuelle (1529-1530) est aujourd'hui conservé à la Galerie Nationale de Parme en Italie.Cette vierge assise dont le regard se porte sur l'Enfant à droite à ses pieds mais dont les mains se tendent vers cette écuelle à gauche engendre une ondulation de la composition si chère à Corrège et qui incarne parfaitement l'élégance et le raffinement de son art.Alphonse Alexandre Leroy, graveur à l'eau forte et au burin, s'est particulièrement attaché à reproduire en fac-similé les dessins de la collection du Louvre et de collections particulières, édités par lui en albums entre 1860 et 1880. La Chalcographie du Louvre possède un grand nombre de ses planches et répond ainsi à sa vocation d'offrir à un large public le privilège de posséder un jour une réplique de qualité de dessins choisis parmi les plus grands artistes de tous les temps, citons seulement : Raphaël, Corrège, Véronèse, Titien ... A usage des collectionneurs et élèves de dessin.Artiste originaire de Parme, Corrège créa un style tout à fait personnel aux confins d'influences très variées. Il est surtout connu pour ses coupoles peintes au dynamisme très innovant : celle de San Giovanni Evangelista à Parme (1520-1523) et de la cathédrale de Parme (1526-1529). Auteur aussi de nombreux tableaux de chevalet, il fit la synthèse du sfumato de Léonard de Vinci, des tonalités de Giorgione et de l'élégance de Raphaël. Ses compositions religieuses et profanes offrent des jeux d'obliques et de lumières qui valorisent les personnages en mouvement.