ILLUMINATIONS DU PALAIS ET DES JARDINS DE VERSAILLES

ILLUMINATIONS DU PALAIS ET DES JARDINS DE VERSAILLES

ILLUMINATIONS DU PALAIS ET DES JARDINS DE VERSAILLES

Palais et châteaux
Partager
ILLUMINATIONS DU PALAIS ET DES JARDINS DE VERSAILLES
Artiste(s): 
France
(1618-1682)
Graveur(s): 
Lepautre Jean
France
(1618-1682)

ORIGINE ET DATE:

1679
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Technique: 
eau-forte, burin

DIMENSIONS:

Plaque de cuivre : H.
30,6 cm
; L.
42,5 cm
Feuille : H.
38 cm
; L.
56 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
3931
REFERENCE RMN-GP: 
KM003931
PRIX DE VENTE: 
90,00 € TTC
Tirage illimité, ni justifié ni signé, en noir.

Jean Lepautre fut nommé graveur ordinaire du roi Louis XIV en 1667 et fut reçu à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1677. Estimé à 1500 planches, l’ensemble de son œuvre est varié et recouvre diverses thématiques. Ainsi a-t-il gravé des ornements, des paysages, des scènes mythologiques et historiques. Sa reconnaissance par Colbert lui valut de graver pour le Cabinet du roi des planches d’une rare qualité. Ainsi pouvons-nous citer l’ensemble de la Grotte de Versailles, la Fête donnée à Versailles le 18 juillet 1668, les Divertissements donnés par le Roy en 1674, au retour de la conquête de la Franche-Comté ainsi que les gravures de divers bassins, statues et vases du parc de Versailles que la chalcographie du Louvre conserve."Le Roy ayant accordé la paix aux instances de ses alliés, et aux vœux de toute l’Europe […] résolut de faire une Fête dans les jardins de Versailles. Pour cet effet il voulut donner la comédie ensuite d’une collation, et le souper après la comédie, qui fût suivie d’un bal et d’un feu d’artifice." Extrait de Relation de la fête donnée à Versailles le 18 juillet 1668, André Félibien, Paris, 1669.Description du feu d'artifice : " […] quand leurs Majestés sortirent du bal, elle aperçurent le tour du fer à cheval et le château tout en feu, mais d’un feu si beau et si agréable, que cet élément qui ne paraît guère dans l’obscurité de la nuit sans donner de la crainte et de la frayeur, ne causait que du plaisir et de l’admiration […]" Extrait de Relation de la fête donnée à Versailles le 18 juillet 1668, André Félibien, Paris, 1669.