CHEVAL À L'ARRÊT BRONZE

CHEVAL À L'ARRÊT BRONZE

CHEVAL À L'ARRÊT BRONZE

Art français du XIXe siècle
Partager
CHEVAL À L'ARRÊT BRONZE
Artiste(s): 
France
(1834 - 1917)

ORIGINE ET DATE:

Vers 1880
Acquis grâce à la générosité des héritiers de l'artiste et des Hébrard en 1931
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
animaux, statuette, cheval

MATIERE:

Original en bronzeReproduction Rmn-GP en résine patinée à la main

DIMENSIONS:

Hauteur: 30 cm
Largeur: 38 cm
Profondeur: 18,4 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
RF 2111
REFERENCE RMN-GP: 
ZF005741
PRIX DE VENTE: 
1 860,00 € TTC
Disponible en résine (RF005729)

Quoiqu'il soit surtout connu comme peintre, le modelage prit à partir des années 1860 une place de plus en plus grande dans l'œuvre de Degas pour devenir à la fin de sa carrière son principal moyen d'expression. A l'exception de la Petite danseuse de quatorze ans exposée en 1881, ses sculptures demeurèrent inconnues de son vivant. Ce n'est qu'après sa mort en 1917 qu'on les découvrit. Sur les cent cinquante pièces environ que l'on trouva dans son atelier, soixante-treize cires seulement purent être sauvées ; elles furent confiées à Hébrard qui en fondit, à cire perdue, vingt-deux séries en bronze, marquées de A à T et exposées pour la première fois en 1921. La série P est entrée au Louvre en 1930. Le modelage offrait à Degas un terrain d'expériences. "Plus j'ai vieilli, plus je me suis rendu compte que pour arriver [...] à une exactitude si parfaite qu'elle donne la sensation de la vie, il faut recourir aux trois dimensions [...] parce que l'à peu près n'y est pas de mise" déclarait-il au critique Thiebault-Sisson. S'il est fait appel aux mêmes sujets - chevaux, danseuses, femmes à leur toilette - c'est que les sculptures n'étaient destinées qu'à améliorer ses peintures. Très difficile à établir, leur chronologie repose surtout sur des critères de style, liberté grandissante de la facture, et sûreté dans l'analyse du mouvement. On considère en général que les chevaux sont ses premières sculptures. Le "Cheval à l'arrêt", dont le Louvre possède aussi la cire originale, est sans doute antérieur à 1881 tandis que le "Cheval marchant au pas relevé" est à mettre en rapport avec le pastel "Aux courses" de 1885. Pendant cette période 1881-1890, Degas multiplie les études de chevaux galopant, s'enlevant sur l'obstacle, se cabrant... pour lesquelles les photographies de décomposition du mouvement réalisées par l'américain Muybridge lui furent d'un précieux secours.