CAVALIER ET CHEVAUX

CAVALIER ET CHEVAUX

CAVALIER ET CHEVAUX

Antiquités orientales
Partager
CAVALIER ET CHEVAUX
Artiste(s): 

ORIGINE ET DATE:

Période Assyrienne, vers 645 avant J.-C.
Palais d'Assurpanipal, à Ninive (Irak)
LIEU DE CONSERVATION DE L'ORIGINAL: 
Mot(s)-clé(s): 
cheval, cavalier, bas-relief, assyrien

MATIERE:

Original en albâtre gypseuxReproduction Rmn-GP en résine patinée à la main

DIMENSIONS:

Hauteur: 39 cm
Largeur: 55,5 cm
Profondeur: 2,5 cm
NUMERO D'INVENTAIRE MUSEE: 
AO 19908
REFERENCE RMN-GP: 
RA001010
PRIX DE VENTE: 
154,00 € TTC

Après avoir rejeté les nomades Araméens qui avaient menacé de détruire leur Etat au début du 1er millénaire avant J.-C., les Assyriens se lancèrent dans une politique de conquête à outrance. Pour cela, ils s'organisèrent en un Etat militaire dont le palais de leur roi était le cœur. Résidence privée et centre administratif tout à la fois, ce vaste édifice était conçu de manière à imposer par son décor monumental l'impression écrasante de la puissance assyrienne. Les premiers palais, au IXème siècle, ont été construits à Kalkhu, au sud-est de Mossul en Irak du nord-est. Leur décor est encore sobre en détails pittoresques. Mais au Vllème siècle, Ninive, en face de l'actuel Mossul, devint la capitale, et Assurbanipal (env. 668-627 avant J.-C.) y aménagea le palais de son grand-père avant d'y construire le sien propre, où il entreposa notamment son immense bibliothèque. L'art assyrien y fut porté à son apogée, en même temps que l'empire connaissait une étendue jamais atteinte. Le décor de ce palais, sculpté sur des dalles de gypse vert clair revêtant les murs des salles d'apparat, évoque avec une particulière complaisance les campagnes qui aboutirent en 646 à la destruction du redoutable royaume élamite dont Suse était la capitale, dans l'actuelle province iranienne du Khuzistan. C'est cette campagne qu'évoque le bas-relief ici reproduit. L'armée assyrienne comprenait l'infanterie, des corps du génie spécialisés dans l'assaut des forteresses, et la cavalerie légère et lourde ou charrerie. Tous les soldats étaient casqués et portaient une armure ajustée ; les cavaliers étaient armés de l'arc et de l'épée courte. Derrière eux ont été représentés les chars à deux roues très solides que montaient quatre hommes : un archer, un cocher et deux porte-boucliers. Au-dessous, la déportation de la population vaincue est évoquée avec un souci du détail particulièrement attachant. Une telle image correspond assez bien à ce qu'à dû être, quelques décennies plus tard, la déportation des habitants de Jérusalem. * Dispose d'un système d'accroche murale